Le camp… ou « comment entretenir quatre conversations à la fois, tout en tressant les cheveux d’une et crémant les bras d’un autre ». Les huit tentacules d’une pieuvre nous seraient bien utiles à certains moments.

D’un autre côté, certains enfants ont besoin qu’on s’occupe uniquement d’eux. Faire la pieuvre avec un seul enfant, vraiment? Oui. On les appelle parfois les «amis différents», ou les enfants à besoins particuliers.

 

Comment être le meilleur animateur-accompagnateur possible pour ces jeunes-là? Voici un bref topo pour t’aider à prendre soin et à animer les journées des petits trésors qui désirent simplement qu’on passe par-dessus leur handicap.

1. Dire bonjour.

Si tu n’avais qu’une chose à retenir de cet article, choisis la suivante : Les enfants à besoins particuliers sont des êtres humains à part entière. Lorsqu’il ou elle arrive au camp, ton rôle est de l’accueillir chaleureusement, pour qu’il se sente bien et en sécurité. De dire bonjour au parent et de s’informer sur l’état du jeune est aussi important, mais à quoi bon si tu ne salues même pas celui ou celle avec qui tu passeras toute la journée? Voire, toute la semaine!

Certains me diront : «Ben de toute façon, y’é sourd.» «J’y parle pas parce que y’a une déficience intellectuelle, y me comprend même pas.»

Ouch. Ça fait mal. Il est primordial de parler à l’autre, simplement pour qu’il ou elle ressente ta présence d’esprit autant que ta présence physique.

 

2. Écouter.

Pour un enfant à besoins particulier, s’exprimer peut représenter tout un défi. Parfois, tu ne comprendras pas ce qu’il ou elle veut te dire dans l’immédiat. Souvent, on a même tendance à parler à sa place pour aller plus vite… Pourquoi aller plus vite? Sois patient et écoute ce qu’il ou elle a à te dire. Peut-être que tu vas te tromper, qu’il ne voulait pas de poudding, mais qu’il trouvait plutôt que tu sentais le swing. Être à l’écoute implique aussi de te souvenir de ce qu’il te dit, pour pouvoir faire des liens lors des futures conversations.

 

3. Laisser aller son cœur d’enfant.

L’enfant à besoins particuliers aime jouer, lui aussi. Il fait tellement d’efforts pour s’exprimer, pour marcher, pour se concentrer ou même pour comprendre le monde autour de lui. Il a bien le droit de s’accorder une petite pause! Néanmoins, même dans le jeu, il ou elle peut avoir besoin d’aide. Fais-lui découvrir de nouveaux jouets et surtout, sois ouvert. Si tu donnes à un enfant une boîte de casse-tête et qu’il se met à empiler les morceaux plutôt que de les emboîter… Aide le à faire de géantes tours!

 

4. Être constant et cohérent.

L’accompagnateur du jeune présentant des besoins particuliers est son premier repère au camp de jour ou au camp de vacances. Il suffit d’être constant et cohérent dans les consignes qu’on donne à l’enfant, mais aussi dans les conséquences à ses actes. Benjamin prend le coffre à crayons de Léa et le jette par terre en criant. Après avoir calmé l’enfant, on lui demandera son aide pour ramasser les crayons. Voilà une conséquence cohérente qui deviendra une constance. À proscrire ici : Demander à Benjamin de se calmer (en criant), l’obliger à faire 5 minutes de réflexion au mur, et le priver de dessert.

Être constant et cohérent, c’est aussi en lien avec tes propres comportements et tes propres règles. Mercredi matin, tu te réveilles grognon et tous les enfants du camp seront mis au courant. Tu leur demandes de rester assis «comme il faut» et d’être gentil (silencieux) avec les autres, alors que tu ris d’un enfant avec un collègue tout en étant couché sur une table à pique-nique… Essaie de faire comprendre aux jeunes qu’ils doivent «faire ce que tu dis, mais pas ce que tu fais»! (Bonne chance…..)

 

5. Être fier de lui/elle.

Parce que les enfants à besoins particuliers présentent souvent des comportements irritants. Ils composent avec une tonne de défis au niveau du langage, ou de la gestion des émotions. Parce qu’ils vivent parfois avec un trouble d’opposition et qu’ils te répètent sans cesse des insultes. Il faut impérativement apprendre à repérer les réussites de l’enfant. Félicite-le lorsqu’il réussit à attendre son tour. Dis-lui bravo lorsqu’il fredonne avec toi une chanson de camp, même s’il ou elle ne connaît pas les paroles. Souligne ses réussites en art, même si tu cherches encore le sens de son dessin. Encourage l’enfant à lancer le ballon par lui-même lors d’un sport.

C’est en te concentrant sur les réussites de l’enfant à besoins particuliers que tu créeras, pour vous deux, les plus beaux souvenirs.

 

 

 

 

Connectez-vous

Jeu suggéré!

  • Le Haka

    Le Haka

    Voici une super idée de compétition amicale pour créer un esprit d'équipe de malade!

chasses au trésor

Faire un don

Votre don permettra à Le Camp sur le web d'offrir du contenu de qualité à tous les animateurs de la communauté francophone. Merci!

Montant:


Scroll to top