Parce qu’être animateur, c’est bien plus qu’une job d’été. C’est une vocation. En effet, pour faire le choix libre et éclairé de se retirer de la société pendant deux mois et de se donner corps et âme afin de rendre l’été d’enfants magique, ça prend un brin de folie. Voici le guide de survie d’un animateur en camp de vacances.

1. S’ouvrir à l’expérience

Le camp de vacances changera ta vie, aussi bien t’y faire. À cet endroit, tu rencontreras de nouvelles personnes avec qui tu seras un minimum de 24 heures par jour, pendant tout l’été. La maternelle sert à deux choses : t’apprendre à attacher tes lacets et à te faire de nouveaux amis. Un premier été au camp sert à une chose : t’apprendre que tout ce que tu as déjà appris depuis ta maternelle, tu dois le réapprendre. Réapprends à t’affirmer, à t’ouvrir aux autres, et à te faire des amis. Tu arrives dans un camp ou personne (ou presque) ne te connaît. Découvres-toi toi-même, apprends à te connaître et affiche-toi tel que tu l’as toujours rêvé !

2. Marathon > Sprint

L’été que tu passeras au camp sera le plus rempli de ta vie! Un été complet à crier, chanter, s’amuser, se baigner, courir, aimer, et vivre toutes sortes d’aventures, ça laisse peu de temps pour le sommeil. L’été commence et BOUM!. au premier séjour (= première semaine de camp), tu vis le trip à 500%, tu es au top du top, tu es celui qu’on veut absolument comme animateur dès qu’on t’aperçoit ! Au deuxième séjour, tu t’ennuies de tes premiers jeunes. Tu es fatigué de toute l’énergie dépensée lors des deux premières semaines. Au troisième séjour, tu n’en peux plus, tes jambes ne te suivent plus. Même si au quatrième séjour, tu t’es remis en course, ce n’est pas avec le même plaisir que dans tes premiers jours.

Comme dirait Mélissa, le sprint essouffle trop vite. La meilleure façon de survivre à l’épopée du camp de vacances, c’est en mode marathon. Garder la même cadence du début à la fin te permettra de t’acclimater aux horaires particuliers ainsi qu’aux imprévus qui font partie de ton nouveau mode de vie.

 

3. Tripper autant (plus!!!) que les jeunes

Ce que vous savez peut-être, c’est qu’être animateur dans un camp de vacances, c’est à peu près aussi hot qu’être Spider Man, avec les bons et les moins bons côtés. Les enfants qui vous regardent les yeux grands ouverts, bouche bée (avec le filet de bave sur le côté) sont aussi ceux qui voudront vous prendre la main lors de tous les déplacements et qui ne pourront pas dormir si vous ne les bordez pas. Eux, ils vous suivront, peu importe le jeu que vous leur proposerez. Il y en a d’autres, par contre. Les Oui-mais ambulants, ceux et celles qui préfèreront être assis au loin et se faire des tresses et des déclarations d’amour à longueur de journée. Eux, ils ont définitivement passé leur période « fan assermenté de Spider Man » et ils en ont vu d’autres. Arrête de t’en faire et d’essayer de les convaincre de participer à ton jeu de course que tu supervises. Devant les deux types de jeunes, laisse-toi tout simplement aller. Joue avec eux, fais le fou, fais la folle et surtout amuses toi pour de vrai. Tu verras, les pré-ados que tu redoutais tant arriveront et te diront : « Wow, j’peux-tu jouer !» et tu leur répondras : « Oui, mais j’te laisserai pas gagner! »

4. Accepter la réalité

Tu vas à l’école dix mois par an, et tu as deux mois pour profiter de l’été.

Première réalité à accepter : Oublie les longues heures passées à jouer au xBox, à converser sur Facebook et à dormir jusqu’à 14h. Tu n’es plus en congé et pour la première fois, tu profiteras vraiment de l’été.

Deuxième réalité à accepter : Tes ami(e)s ne te verront pas pendant l’été. Tant pis pour eux, tu te reprendras lors des 10 prochains mois ! (Et à ce moment tu t’ennuieras tellement de tes ami(e)s du camp)

Troisième réalité à accepter : Tu entendras peut-être parler de certains de tes ami(e)s qui sont allé(e)s à quatre spectacles, à La Ronde, et qui se sont refait une toute nouvelle garde-robe. Tu devras accepter que ton portefeuille ne s’emplisse pas aussi vite que ceux et celles qui travaillent dans un restaurant rapide. Mais de toute façon… Tu n’as pas le temps de dépenser l’argent que tu gagnes !

5. L’honnêteté

Tes « collègues de travail » deviendront bientôt tes meilleurs ami(e)s. Dans un groupe d’animateurs qui passent leurs journées, leurs soirées et même leurs nuits ensemble, des relations importantes se créeront. Tout peut si facilement se bousiller. Le conseil cucul du jour : sois honnête envers toi-même et les autres. Tu t’éviteras plusieurs mésententes et tu te sentiras tellement mieux.

 
6. 
Le sac à dos


Outil indispensable de l’animateur : le sac à dos! Cette caverne d’Ali Baba que tu traîneras sur ton dos au fil des semaines te sauveras la vie à maintes reprises, si tu le remplis adéquatement. Diachylon, crème solaire, anti-moustique, mouchoirs, serviettes sanitaires / tampons (si tu es un gars, dis-toi que tu pourrais sauver la vie d’une amie, ou d’une campeuse !), appareil photo jetable, élastiques, briquet, carnet de notes, et j’en passe.

 

7. Réinventer

D’abord, il faut les connaître. Puis, il faut les réinventer. Les chansons de camp ! Le répertoire le plus vaste de chanson de camp ne sera pas épargné. Après une semaine, tu les connais déjà toutes (enfin, j’espère !) et tu n’es plus capable de les entendre. Pour que ta santé mentale et auditive soit indemne à la fin de l’été, permets-toi de réinventer les classiques ! Des versions rigolotes et thématiques des chansons sont bien plus amusantes à chanter et à répéter ! Approprie-toi les chansons et deviens un jukebox ambulant !

8. Métisser

Dans un camp de vacances, tu te rendras compte qu’il y aura toujours deux générations : les anciens et les nouveaux. Afin de survivre à ton été, permets un métissage dans l’équipe. Anciens, incluez les nouveaux dans vos aventures, dans vos blagues et partagez-leur vos souvenirs. Nouveaux, soyez ouverts aux anciens, écoutez-les, mais montrez-leur aussi ce dont vous êtes capables ! À la fin de l’été, une seule génération existera, et c’est celle de votre année, en tant qu’équipe unie.

9. La boîte à chaussures


Voici le remède ultime à la dépression post-camp (tu en es atteint si tu mets de la crème solaire un mercredi d’hiver à l’école, juste pour te rappeler l’odeur de l’été). Amasse chaque bracelet, dessin, petit mot ou photo qui représente pour toi un souvenir de ton été. Mets le tout dans une boîte à chaussure sur laquelle tu inscriras l’année. Au cours des dix prochains mois passés à l’école, tu auras toujours accès à cette boîte qui regorgera d’objets qui sembleront parfois étranges mais qui n’en seront pas moins significatifs.
  

 

Bref...

En suivant ces 9 règles d’or, tu es assuré(e) de passer un été merveilleux dans un camp de vacances. Bien sûr, plusieurs autres outils pourront t’être utiles, comme un ventilateur qui gicle de l’eau sur demande ou un talent pour partir des feux de camp. Après tout, l’important n’est pas de survivre au camp, mais de VIVRE le camp.

 

Connectez-vous

Jeu suggéré!

chasses au trésor

Faire un don

Votre don permettra à Le Camp sur le web d'offrir du contenu de qualité à tous les animateurs de la communauté francophone. Merci!

Montant:


Scroll to top